Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poings sur les I

Les poings sur les I

Billets et commentaires pleins de punch sur tout et n'importe quoi

Billet d’un laicard rigoriste aux islamophobes liberticides radicaux

Billet d’un laicard rigoriste aux islamophobes liberticides radicaux

Parce qu’on peut se fendre la poire devant la dernière « une » de Charlie et être scandalisé de la stigmatisation des musulmans.

De retour de ma retraite monastique d’infidèle invétéré et ayant profité à fond des principaux plaisirs interdits par les grandes religions monothéistes, je suis retombé dans le monde réel et ses querelles de chapelles ridicules. Alors que 50 berges en arrière, la cathosphère s’outrageait de l’arrivée sur les plages Françaises d’un bikini ravissant le concupiscent, c’est aujourd’hui une laicosphère maniaque qui s’érige entrepreneur de morale pour dévêtir certaines rares fidèles musulmanes en combinaison de plongée hallal. Que l’on pense à titre personnel que ce fameux « burkini », est un symbole de sujétion féminine, soit, bien qu’il puisse être vu aussi comme une manière pour les femmes de se réapproprier leur corps en le cachant à l’hyper sexualisation occidentale. Que l’on considère qu’il est la partie émergée d’une frange réactionnaire de l’islam, soit. Nos opinions nous regardent. J’ai toujours considéré que les manifs pour tous étaient un ramassis de grenouilles de bénitiers et de peines à jouir aussi malsains qu’homophobes. Mais je n’ai jamais remis en cause leur droit à descendre dans la rue défendre leur vision du monde étriquée si opposée à la mienne. Leur religion s’affichait, et ne choquait personne. Pas même une petite interdiction préfectorale. La bigoterie tolérable se situe chez les cathos-tradis selon les autorités publiques, comme le confirme les arrêtés inapplicables pris ou prévus par les maires de plusieurs villes de France*, soutenus à demi-mots par un Valls en grande forme qui a affirmé « comprendre les maires qui, dans ce moment de tension, ont le réflexe de chercher des solutions, d’éviter les troubles à l’ordre public. » Mais le comble du ridicule revient à Chevènement : « il faut que l’islam, comme les autres religions l’ont fait, accepte la discrétion dans la manifestation des convictions religieuses. » Le gusse est pressenti comme futur président de la fondation pour un islam de France. Le problème n’est pas tellement là, bien qu’il démontre le penchant postcolonial d’un pays qui met à la tête d’une fondation pour l’islam un type qui demande à l’ensemble des musulmans la discrétion, alors même que la laïcité implique la possibilité de montrer son culte -comme son cul sur une plage- dans le respect des lois de la république. Le vrai problème est que désormais, les maires légifèrent, et privent une population d’une partie de ses libertés fondamentales, le tout au nom de la sécurité publique. Que l’on ne partage pas les valeurs de cette partie de la population, c’est un droit. Qu’elle les affiche quand même, c’en est un également.

On conclura sur une adaptation de la citation apochryphe que l’on attribue à tort à un Voltaire qui ne l’a jamais prononcée, puisque par les temps qui courent on a bien le droit de dire n’importe quoi : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous portez mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez le faire ».

*D’après Libération, « Après Cannes et Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) fin juillet, puis Sisco (Haute-Corse) et Le Touquet-Paris-Plage (Pas-de-Calais) mardi, quatre nouvelles municipalités ont à leur tour pris de telles mesures ou annoncé, ce mercredi, leur intention de le faire : il s'agit de Leucate (Aude), du Cap d’Ail et de Mandelieu-La Napoule dans les Alpes-Maritimes, ainsi que d'Oye-Plage (Pas-de-Calais). »

http://www.liberation.fr/france/2016/08/17/manuel-valls-comprend-les-maires-qui-interdisent-le-burkini_1472953

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article