Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poings sur les I

Les poings sur les I

Billets et commentaires pleins de punch sur tout et n'importe quoi

35 heures : Le socialisme passe l’arme à gauche

35 heures : Le socialisme passe l’arme à gauche

On pensait avoir tout vu avec la déchéance de nationalité, mais non. Maintenant, c’est les 35 heures qui prennent un sérieux coup sur la tronche. Les socialos ont choisi leur camp.

La gauche socialiste est morte et elle prépare tranquilou l’épitaphe des 35 heures. Le discours du Bourget, aux oubliettes. Il y a urgence, les élections sont dans un peu plus d'un an. Faut rassurer les Gattaz et autres ultralibéraux monomaniaques tout entiers acquis au Diktat de l’économie de marché la plus débridée. Le discours de gauchiste, c’est pour la com’. Surtout qu’il faudrait voir à pas trop emmerder ceux qui peuvent cracher au bassinet.

Au programme, entre autres : baisse de la rentabilité des heures supplémentaires, remise en cause des accords facilitée et durée maximum du travail plus aisément dépassée. En gros, quand la gauche socialiste est au gouvernement, elle passe du modèle du travailleur syndiqué au cadre sup' dynamique en trottinette de la défense. Du prollo qui lutte pour ses droits à l’encravaté shooté au Macchiato du Starbucks et parfumé au Jean Paul Gauthier. Des ouvriers aux actionnaires. Des sans dents aux couronnes en or. Sauf que du coup, les premiers vont devoir charbonner plus que les seconds pour payer "le gaz et les nouilles", comme aurait dit Céline.

Hier, l’idée des socialistes, c'était de filer du temps libre aux types qui bossent pour qu’ils puissent vivre. Aujourd’hui, ils vivent un peu trop. On prend modèle sur l’Allemagne. Ca bosse un Allemand, y’a qu’à voir leurs bagnoles, semblent-t-ils dire. Sauf que non, selon les chiffres d’Eurostat, les Allemands ont travaillé 1584 heures en 2014 contre 1531 pour les Français. En gros, sur une année, ça fait pas bézef de différence. Mais bon, pour les socialos de l'époque du uber et des selfies, les faits, c'est pour les autres. Il faut vivre avec son temps. Demain, on devra travailler plus pour gagner pas tellement plus et tant pis pour les feignasses. Et surtout, s’en contenter, parce que du boulot, de toute façon, y’en a pas.

Et puis, pas d’incohérence avec la volonté d’inverser la courbe du chômage. Vous pouvez faire confiance aux DRH, pour sûr qu’avec une main d’œuvre interne corvéable à merci qui pourra faire des heures sup’ pour des clopinettes, les gusses vont embaucher plus. D’une logique évidente. Implacable. Comme la dure réalité en fait : la gauche des Macrons, Valls, El Khomri et autres Hollande se fout des ouvriers, des salariés et des agriculteurs. Elle flatte le Medef d’un côté, et de l’autre cherche à récupérer les prollos à grands coups de racolage actif de l’extrême droite.

Les cyniques qui nous gouvernent ont un don pour le mimétisme. Mais sur les terrains suscités, ils sont mal à l’aise. Attention les aminches, Brassens vous a prévenu, « sans technique un don n’est rien qu’une sale manie ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article