Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poings sur les I

Les poings sur les I

Billets et commentaires pleins de punch sur tout et n'importe quoi

Taubira : du mariage pour tous au divorce gouvernemental

Taubira : du mariage pour tous au divorce gouvernemental

Christiane Taubira a quitté cette semaine son poste de ministre de la justice et de garde des sceaux. En cause, sa position affichée contre la mesure inique de déchéance de nationalité concernant les Français binationaux condamnés pour terrorisme.

Cette fois, ça y’est. Christiane Taubira claque la porte du gouvernement. Plein les bottes des socialistes qui n’en sont plus. Après pas loin de trois piges de bons et loyaux services, elle prend la poudre d’escampette pour cause de « désaccord politique majeur ». Pourtant, en 2012, tout avait bien commencé. Elle était la tête de pont de l’une des promesses phares de Hollande, le mariage pour tous. Contre vents et marées, face aux fachos de tout poil et aux coincés de la braguette qui trouvaient dans cette mesure portée par une ministre ultra-marine l’opportunité de vomir leur haine raciste et homophobe -prouvant ainsi que les deux vont bien souvent de pair et confirmant par la même la nécessité de l’intersectionnalité des luttes- elle avait tenu bon. Ni la une de minute, ni les niards jeteurs de banane en jupe plissée bleue marine issus des ovaires moisis et des bourses molles de leurs deux parents aux sexes aussi opposés que sales ne l’auront empêchée de tenir bon et d’entériner la mesure. Du courage, elle en a. De la classe aussi. Les médias ont sorti pléthore de ses déclarations les plus littéraires. Un autre niveau que « Passe moi la salade, je t'envoie la rhubarbe », on en conviendra. Elle a aussi été taxée de laxisme par la droite de façon systématique, notamment concernant sa politique sur les prisons. A tort, en témoignent les chiffres commentés par Libération. C’est de bonne guerre, l’opposition qui cogne contre la majorité. Ce qui l’est moins, c’est l’acharnement éditorial d’un canard comme Valeurs Actuelles. Liberté de la presse oblige, on ne les accusera de rien, ils n’ont pas dépassé la ligne rouge. Jouant limite hors jeu, en bons Richie McCaw –ce Rugbyman Néo-Zélandais toujours près de la faute mais jamais sanctionné- du racisme journalistique. En pousses mégots à la plume rouge-brune. Malgré tout, elle a tenu trois ans Christiane Taubira. Elle aura résisté à tout, sauf à sa propre majorité. Ce qui coince aujourd’hui, c’est qu’elle a des principes. Elle a du mal à écraser à l’heure ou l’on fait une différence entre les Français pour une mesure symbolique et reconnue comme telle. Dans un gouvernement qui cavale après l’extrême droite, les valeurs actuelles de Taubira sont clairement un problème.

Il faut se réjouir de peu, si aujourd’hui Taubira est partie, au vu des relations entre Macron et Valls, le premier nommé de ces deux énergumènes pourrait bien suivre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article