Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poings sur les I

Les poings sur les I

Billets et commentaires pleins de punch sur tout et n'importe quoi

Du rififi chez les lourds

Du rififi chez les lourds

Samedi soir, à Dusseldorf, Wladimir Klitschko, roi incontesté de la catégorie reine, défendra ses ceintures WBA, WBO, IBF et IBO face à l’Anglais invaincu Tyson Fury. Le tsar Ukrainien, avec sa boxe scientifique et méthodique, peine à soulever les foules. Pourtant, ce combat pourrait s’avérer passionnant. Voici 3 bonnes raisons de le voir.

Tyson : Furie ou feu de paille ?

Avec ses 2 mètres 06 pour environ 117 kilos, son nom qui rappelle autant l’inimitable Iron Mike qu’un opus de Mad Max, Tyson Fury, 27 ans, 24 victoires en autant de combats dont 18 obtenues avant la limite a un palmarès irréprochable. Sur le papier seulement car celui-ci résiste mal à l’analyse. Il a vaincu peu de pointures, hormis ses deux succès face à son compatriote Dereck Chisora et le K-O infligé en 2013 à un ex-champion du monde de la catégorie inférieure, le vétéran Américain Steve Cunningham. Risée d’internet à ses débuts notamment pour un uppercut qu’il s’était auto-infligé lors d’un combat, glissant sur la garde de son adversaire, il a bien progressé depuis. Malgré cela, il semble bien moins affuté que son adversaire à la musculature puissante et dessinée. Il fait pourtant partie de ce vivier d’espoirs chez les poids lourds outre-manche, avec notamment le jeune médaillé d’or aux J-O de Pékin Anthony Joshua. Champion d’Angletterre, puis champion d’Europe depuis 2014, Fury a-t-il les moyens de déstabiliser Wladimir Klitschko ?

Klitschko face à un problème de taille

Samedi, le champion du monde devra avant tout se battre contre lui-même. Plus puissant que l’Anglais, plus athlétique, plus technique et infiniment plus expérimenté avec ses 64 succès en 67 combats (dont 53 avant le dernier coup de gong), l’affaire semble entendue. Pourtant, Fury a un coup à jouer. Si l’âge ne semble pas avoir trop émoussé l’Ukrainien de 39 ans, du haut de son mètre-quatre-vingt-dix-huit, il n’a pas l’habitude d’affronter plus grand que lui. L’impressionnante allonge du Britannique (216 cm) pourrait handicaper le tsar, qui a pour habitude de maintenir ses adversaires à distance avec son bras avant, en attendant de balancer son célèbre « steelhammer », ce direct du droit qui a envoyé tant de prétendants au tapis. Samedi soir, il devra avancer sur son adversaire pour trouver l’ouverture et garder les mains bien hautes. Inhabituel, mais pas inaccessible.

L’ambiance au beau fixe

La conférence de presse d’avant match, lundi 23 novembre a été pour le moins animée. Tyson Fury a choisi de s’y rendre en lamborghini jaune déguisé en Batman, allant même jusqu’à mimer une bagarre avec un autre larron déguisé en Joker. Il s’est attiré les applaudissements du champion tiré à quatre épingles. Les petites phrases également sont allées bon train. Face à cette performance, l’Ukrainien a conseillé à son adversaire de « changer de métier », et s’est vu rétorquer par l’Anglais « Tu as autant de charisme que mon slip ». Ce dernier, qui se voit en héros Marvel, a poussé le vice jusqu’à se donner une mission : « Eradiquer du monde de la boxe une personne aussi ennuyante. » Il a enfin ajouté à l’attention de Wladimir Klitschko : « Je ne suis pas intéressé par tes ceintures mais par le fait de te casser la figure ». Aucun doute possible sur la volonté de l’Anglais, ni sur son goût pour la castagne. Il en reste cependant un à lever concernant sa capacité à mettre à exécution son plan samedi soir, à Düsseldorf.

*Les deux beaux bébés ont été pesés respectivement à 111,5 kilos pour Wladimir Klitschko et 112 kilos pour Tyson Fury

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article