Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poings sur les I

Les poings sur les I

Billets et commentaires pleins de punch sur tout et n'importe quoi

Youssoupha: "NGRTD", meilleur album de rap en 2015 ?

En mai 2015, Youssoupha a sorti le deuxième album de sa « série noire » prévue en trilogie.

« Flow insolent j’ai mis un cheveu sur la langue de Molière » déclare Youssoupha dans un de ses titres issu du dernier album « NGRTD », acronyme de négritude. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a raison. Dans cet album, où il invite d’autres artistes pas toujours bien choisis (Orelsan par exemple), il a encore démontré tout son talent et sa plume. D’abord, on reconnait peut être un bon rappeur Français à sa réaction aux attentats de janvier. Quand Booba fait de la provoc de cour de collège calibré au pistolet à billes, Youssoupha signe un joli son intitulé « love music »avec Ayo. Si ses égotrips de « rap gamer » fatiguent un peu, il faut lui reconnaître qu’ils sont assez fins et souvent drôles. Les bouffeurs de curetons et d’imams tiqueront également sur quelques titres tournés vers la Mecque, mais pas de mauvaise foi : on n’a jamais reproché à Bob Marley de finir une phrase sur deux par « Jah ». Mais surtout, se priver de cet album, c’est passez à côté de quelques chansons sublimes. Youssoupha, « le lyriciste Bantou » s’est surpassé dans le magnifique « niquer ma vie » à la fois reproche et hommage torturé à ses proches. A écouter aussi de toute urgence le titre « négritude » Son premier album devait se nommer ainsi, mais sur les conseils de ses proches il a finalement choisi de l’appeler « à chaque frère ». Il fait dans ce dernier opus son mea culpa. Toujours aussi bon sur les sons politiques, « black out » revient sur la négrophobie et la colonisation. « Y’a que les connards qui vont croire que c’est du rap conscient » dit-il, pourtant, c’est bel et bien du rap qui a une conscience.

Ecouter Youssoupha, ça nous rappelle que le rap n’est pas une « sous culture d’analphabète » comme le déclarait un petit pamphlétaire nerveux. Justement, il lui offre sa petite punchline : « Dites à Zemmour* qu’il s’etouffe, j’suis jugé non coupable »*

*Eric Zemmour a attaqué Youssoupha en justice pour « menace de mort » suite à sa chanson « a force de le dire » dans l’album « sur les chemins du retour »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article