Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poings sur les I

Les poings sur les I

Billets et commentaires pleins de punch sur tout et n'importe quoi

Professionnel de la politique ou la mort de la democratie

Professionnel de la politique ou la mort de la democratie

Professionnel de la politique. Cela devrait sonner comme un oxymore au même titre que citoyen de métier, soleil noir, Morano et cerveau. La démocratie crève de ne pas se renouveler dans sa représentation. Normaliens, énarques, mêmes écoles, mêmes moules. Hollande, Royal, Sapin, c'est la promo Voltaire de l'ENA qui a formé ces personnages "dont seule la loghorrée fait de la théorie" comme l'eut probablement dit Pangloss, le génial philosophe de bazar inventé par l'auteur des lumières. Car en pratique, ultralibéralisme. Stricte application des principes fondateurs d'une caste aussi éloignée de la réalité que la rhétorique est convaincante. Quand nos politiques échappent à ce parcours, ce sont des apparatchiks. Fillon par exemple, n'a exercé au cours de sa vie que des "métiers" politique. Un pur produit de la droite républicaine. Pour l'adaptation à la réalité pareil, faudra repasser. Il faut en effet ne pas la connaître pour croire sincèrement que 48 heures par semaines comme durée légale du travail à négocier entre travailleurs et salariés dans les entreprises est autre chose qu'une folie dure. A une période où le dialogue social est si tendu, cela relève de l'inconscience. Mais pour le savoir, il faudrait avoir bossé, un peu plus longtemps qu'un stage en troisième. Avoir pris part aux discussions de cafet' où les salariés se marrent, se chambrent, se plaignent aussi. Avoir pris la température en somme. On aurait pas idée de mettre dans le coin d'un boxeur un gusse qui n'a jamais foulé le ring. Pas plus que ne deviendrait commissaire un peintre de formation. Par contre ça ne choque personne d'avoir comme hauts fonctionnaires et représentants des types qui ne connaissent pas la société civile. Et on s'étonne encore de ces déceptions quinquennales permanentes.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article