Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les poings sur les I

Les poings sur les I

Billets et commentaires pleins de punch sur tout et n'importe quoi

La boxe est morte, vive la boxe!

La boxe est morte, vive la boxe!

La boxe est morte. Le public l'a délaissée. Trop de fédérations, trop de catégories de poids au centième de gramme près. Pléthore de champions médiocres. Pour compliquer encore, chaque fédération a multiplié les ceintures aux noms peu évocateurs,“silver” et “international” entre autre pour la WBC par exemple. Une décoration à mettre autour de la taille, rien de plus. Tout le monde s'en fout, les combattant les premiers. Eux n'ont en tête que la vraie ceinture, pas ces lots de consolations pour combats de second rang. Les fans n'y comprennent plus rien. Pour ne rien arranger, les géants du noble art qui les faisaient se lever à 5h du matin pour allumer le poste sont retraités, morts ou malades. Le plus grand pugiliste aujourd'hui (récemment retraité), qui est aussi le sportif le mieux payé au monde, s'appelle Floyd “Money” Mayweather. Il n'a pas choisi comme surnom “Iron”, “The Greatest”, ou encore “the raging bull”. Pour lui la boxe, c'est un moyen de se baigner dans des piscines de billets verts. Pas tellement plus. Ce qui devait être le combat du XXIe siècle , entre ce dernier et l'excellent Philippin Manny Pacquiao, a acchouché d'une souris. Pourtant, malgré un tel contexte, il ne faut pas désespérer du noble art. La saison 2015-2016 qui s'annonce pourrait être celle de la relance, avec un programme plus qu'alléchant.

Poids lourds : Une belle histoire, et une hiérarchie en question

Cela fait un moment que les lourds ennuient les fans. Jusqu'en 2013, toutes les ceintures étaient détenues par les frères Klitchkos, géants Ukrainiens de deux mètres chacun. Ils avaient tué le suspense avec leur boxe méthodique et efficace. Mais l'aîné, Vitali, a lâché son titre WBC pour s'occuper de sa carrière politique. Parlementaire depuis 2012, maire de Kiev depuis 2014, nul doute que sa propension naturelle a allonger des gugusses lui permettra de n'être que rarement mis en danger dans un hémicycle Ukrainien connu pour ses mémorables pugilats. Quoiqu'il en soit, la ceinture a été mise en jeu, remportée par un solide Quebecois d'origine Haitienne, Bermane Stiverne, lui même battu par un Américain, Deontay Wilder, invaincu en 34 combats, avec 33 Kos. Après une première défense de titre pas aussi facile que prévue, à la recherche de confiance, il donne sa chance à un fier guerrier Gaulois, Johann Duhaupas, classé 12e mondial par la fédération, ancien champion de France et de l'Union Européenne. L'occasion pour le tricolore de combattre outre Atlantique dès ce samedi (26 septembre) et tenter l'exploit de ramener le premier titre mondial de la catégorie reine dans l'hexagone.

Pour les autres ceintures, statut quo. Le cadet des Klitscko les collectionne, et son impressionante allonge de 206 centimètres suffit à peine à les porter toutes ensemble. Pourtant, un colosse va tenter de les lui ravir, Tyson Fury, avec son nom tout droit sorti d'un opus de Mad Max, ses 2.06m et ses 117 kilos. Il sera intéressant de voir ce que proposera Klitschko contre un adversaire plus grand et plus lourd, face auquel il devra avancer, lui qui a l'habitude de boxer en contre et compter sur son célèbre “steelhammer”, ce bras arrière qui lui a permis d'abréger nombre de ses combats.

Poids Moyens: la rentrée des chataîgnes

Probablement la catégorie à suivre cette année, les poids moyens risquent fort de proposer du spectacle. Toujours pour la WBC, Miguel Cotto, le charismatique Porto Ricain qui a remporté le graal mondial dans quatre catégories différentes, défendra son titre le 21 novembre contre Alexis “Canelo” Alvarez. Le premier a un crochet du gauche à déplacer un tank. En face, le jeune Mexicain n'a qu'une défaite face à Mayweather et cogne également comme une mule.

D'un autre côté, s'annonce un duel de champions du monde, unification en jeu pour le 17 octobre. Deux terreurs face à face. Le boxeur Kazak Gennady Golovkin, 33 combats, 33 victoires, 30 Kos, détenteur de la ceinture WBA. Taiseux, humble, trop peu exentrique pour les Américains, pas tellement le genre à prévoir à quel round il allongera son adversaire, il ne lui manque rien, hormis un peu plus de popularité. Son opposant, David Lemieux, champion IBF, 36 combats, 34 victoires 31 Ko's fut le bourreau du tricolore Hassan N'dam en juin, vainqueur au terme des douze rounds non sans lui faire goûter au tapis à quatre reprises. Un combat qui sent la poudre et le KO, et qui risque fort de ravir les amateurs.

Les Francaises : quelle relève?

La boxe féminine hexagonale est un peu orpheline depuis le départ de l'ex quadruple championne du monde Anne Sophie Mathis, qui a défendu sa ceinture WBF pour la dernière fois en janvier 2015. Conservant son titre grâce à un généreux match nul, elle est désormais policière municipale à Nancy. Mais la relève est assurée. Maiva Hamadouche, championne d'Europe des poids légers, invaicue en 8 combats avec 7 victoires avant la limite tentera de ravir à l'experimentée Delphine Persoon son titre mondial WBC le 11 novembre. Hamadouche a un style percutant. Elle passe les cordes pour détruire, et pourrait bien s'offrir sa première ceinture mondiale.

A surveiller également le retour de l'élégante la tricolore Gaelle Amand, championne du monde WBF des plumes qui a effectué deux combats victorieux en 2015 après un break d'un an.

Les Francais rois du vieux continent

En plus de Maiva Hamadouche, cinq coquelets sont champions d'Europe. Cédric Vitu chez les super welters, Michel Soro chez les moyens, Hadillah Mouhoumadi chez les super moyens, et enfin le célèbre Calaisien Romain Jacob chez les Super-plumes. Il sera intéressant de suivre particulièrement le dernier, issu d'une famille de boxeur attachante du Nord à laquelle Jean Philippe Lustyk rend hommage dans son ouvrage “bienvenue chez les Jacobs” paru en mars 2015. Plus généralement, cela promet plusieurs défenses de titre intéressantes pour les pugilistes hexagonaux.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article